A la faveur de l'automne
Tété

  Posté devant la fenêtre
Je guette
Les âmes esseulées
A la faveur de l'automne

Posté devant la fenêtre
Je regrette
De n'y avoir songé
Maintenant que tu abandonnes

A la faveur de l'automne
Revient cette douce mélancolie

Un, deux, trois, quatre
Un peu comme on fredonne
De vieilles mélodies

Rivé devant le téléphone
J'attends
Que tu daignes m'appeler
Que tu te décides enfin

Toi, tes allures de garçonne
Rompiez un peu la monotonie
De mes journée de mes nuits

A la faveur de l'automne
Revient cette douce mélancolie

Un, deux, trois, quatre
Un peu comme on fredonne
De vieilles mélodies

A la faveur de l'automne
Tu redonnes
A ma mélancolie
Ses couleurs de super-scopitone

A la faveur de l'automne

Comment ai-je pu seulement
Être aussi bête ?
On m'avait prévenu
Voici la vérité nue
Manquerait
Plus que le mauvais temps
S'y mette,
Une goutte de pluie et
J'aurais vraiment tout perdu

 

 

Karaoke (même tonalité que l'original):

 

Attention, il y a quelques choeurs dans cette version, qui chantent les 2ème voix, il ne faut pas y faire attention.

 

Le Scopitone (du grec scopein - regarder - et tonos - tonalité) est un jukebox associant l'image au son. Il fut créé en France en 1960 et mis au point par un ingénieur.

Créé à base de pièces de surplus d'avions de la seconde guerre mondiale, le scopitone projetait à l'époque dans les bars les ancêtres des Clips d'aujourd'hui, sur un écran en couleur, ce qui était nouveau à l'époque, car la télévision était encore en noir et blanc.

 

Le mot scopitone, tombé dans l'oubli comme l'appareil qu'il décrit, a été remis au goût du jour, grâce à Tété dans sa chanson À la faveur de l'automne (novembre 2004).

 

 

 

 

 

 

 

Sommaire